Bernard Chaumeil, candidat à Dourdan

Je continue ma route en direction de l’Essonne pour parler démocratie avec Bernard Chaumeil, candidat tête de liste à Dourdan (91).




Bernard Chaumeil, que pensez-vous de notre « démocratie » ?




Selon vous, qu’est-ce qu’internet peut apporter à la démocratie ?




« Dessine-moi une démocratie »


Après l’interview rapide face caméra, nous-nous lançons dans un repas-discussion sur ces questions de démocratie. L’occasion de dessiner et de rentrer dans la vision d’une démocratie idéale, selon Bernard Chaumeil (et les autres convives, avec qui le débat fait rage !) :



Une gestion efficace


Comment gérer la vie de la cité de manière efficace ?
Voilà la problématique qui anime Bernard Chaumeil, encore plus que les questions d’innovation démocratique, de participation des habitants où d’internet citoyen.

Comme en entreprise, il est important de fonctionner par projets.

Le temps de la démocratie, c'est donc surtout avant le mandat : au moment de la définition du projet pour la ville (et donc du programme électoral) …et plus encore au moment de choisir entre les différents projets, c’est à dire lors du vote, le jour de l’élection.


La démocratie, cette grande urne



L’image choisie par Bernard Chaumeil pour représenter la démocratie est d’ailleurs dans cet esprit : c’est une grande urne, avec de grandes oreilles. L’écoute des citoyens passe avant tout par leur bulletin de vote.
La désignation de représentants élus au suffrage universel est donc au centre de la démocratie.


Carte blanche à l’élu



Dans cette situation, l’élu a un rôle capital : il se doit d’avoir une vision, c’est à dire un projet clair et cohérent pour son territoire.

Entre deux mandats, il est important que l’élu ait les mains libres et le temps pour mettre en place son projet. Par son vote, le citoyen lui donne « carte blanche » tout au long de son mandat, pour mettre en œuvre ce projet.


L’élu : une éponge aux grandes oreilles



La place de l’élu est avant tout sur le terrain, pour s’imprégner et connaître parfaitement son territoire. Le lieu de la démocratie, c’est dans la rue, au contact des habitants : l’élu est là pour les écouter et répondre à leurs questions.

Démocratie dans la rue ? …pourquoi pas, même, aller jusqu’à remettre des espaces démocratiques en plein air, comme les forums romains ou les agoras grecques de l’antiquité !

Le rôle des services de la collectivité est de mettre en œuvre la vision des élus et donc de travailler les dossiers en coordination avec eux. Des méthodes innovantes de travail peuvent être utilisées pour plus de créativité et d’efficacité dans l’administration.


Communication et consultation



Au fur et à mesure que les projets avancent, la mairie et les élus se doivent de communiquer au maximum sur l’état d’avancée des projets. Pour cela, tous les moyens sont bons : discussions directe auprès des habitants, sur les marchés ou lors de réunions publiques. Communication sur le site web de la ville, dans la presse locale ou le journal communal…

Au fil du mandat, de nouveaux projets (hors programme) peuvent apparaître et certains projets du programme peuvent avoir besoin d’évoluer ou de se préciser. Dans ce cas, des dispositifs participatifs, votes et référendums peuvent être intéressants à mettre en place pour recueillir l’avis des citoyens.


Droit de suite


Comme pour les autres interviews, je retransmets ici ce que j’ai retenu (de manière forcément partielle) de la vision qu’a Bernard Chaumeil d’une démocratie efficace.

Il me semble important de proposer un « droit de suite » à tous les candidats et maires que je rencontre, afin qu’ils puissent préciser leur vision.
Bernard Chaumeil, la parole est à vous si vous souhaitez rajouter quelque-chose…

Jean-André Lasserre, candidat à Courbevoie

Je reste en région Parisienne, direction Courbevoie, à la rencontre de Jean-André Lasserre, conseiller général d’île de France et candidat (PS) aux élections municipales dans cette ville dont une partie constitue le quartier d’affaire de la Défense.

Plusieurs personnes m’ont conseillé de rencontrer Jean-André Lasserre : il a été l’un des pionniers de la démocratie participative à Paris dans le 20ème arrondissement et il a beaucoup à dire sur le sujet (nous avons discuté une bonne partie de la nuit !).

Extraits.




"Dessine-moi une démocratie"




- La démocratie "emboîtée"



L’idée est proche de celle du "principe de subsidiarité" qui préconise qu'une action soit allouée à la plus petite entité capable de la traiter. Par exemple, pour l’aménagement d’une place, prendre la décision avec les personnes du quartier …et pour le réchauffement climatique, prendre des décisions à une échelle mondiale.


- Une démocratie "enrichie"




La démocratie représentative est enrichie par différents éléments :
  • La transparence, qui garantit un accès aux données et aux informations publiques.
  • La participation des citoyens et des corps intermédiaires.
  • Une mise en relation intelligente entre les acteurs du territoire.
On retrouve ici une bonne partie des fondements de la démocratie ouverte (ou OpenGov).


- Des élus actifs et animateurs



Les élus n’ont plus le monopole de la décision. Il sont beaucoup plus dans l’action et prennent un rôle de facilitateur voir même d’animateur des énergies sur leur territoire.

Les élus sont plus proches des citoyens mais aussi des représentants de la société civile (associations, entreprises, collectifs, etc.) qui composent un maillon essentiel de cette démocratie « emboitée » et « enrichie ».


Le rôle des élus n'est plus uniquement de dessiner un « projet de territoire » : leur rôle est plutôt de créer un environnement favorable à la prise d’initiative des habitants, un « territoire de projets ».


- Penser le territoire comme un écosystème



Une approche systémique est de mise, c’est à dire penser son territoire comme un écosystème ou tout est lié.  L’analyse des différentes « parties-prenantes » (les acteurs du territoire) permet d’enrichir la démocratie.
L’initiative individuelle vient nourrir les projets collectifs …mais attention à l’individualisme de masse : l’intérêt général ne vient pas de l’addition des intérêts particuliers.


- L'importance de la formation



Enfin, l’éducation populaire et tout au long de la vie est essentielle pour donner au citoyen le pouvoir de comprendre, d’analyser, d’entreprendre et d’agir dans une telle société.

Jean-André Lasserre, que pensez-vous de notre "démocratie" ?




Selon vous, qu’est-ce qu’internet peut apporter à la démocratie ?





Droit de suite

Pour chaque rencontre, je retransmets ma vision, forcément partielle, des discussions échangées le temps d’une soirée. Il me semble intéressant de proposer un « droit de suite » à tous les candidats et maires que je rencontre. Jean-André Lasserre, la parole est à vous si vous souhaitez rajouter quelque-chose…

François de Landes, candidat à Vincennes

François de Landes est le premier candidat à me recevoir chez lui, à Vincennes, où il se présente pour les élections municipales de mars 2014 avec une liste « citoyenne et participative ».




François de Landes, que pensez-vous de notre "démocratie" ?




Selon vous, qu’est-ce qu’internet peut apporter à la démocratie ?




"Dessine-moi une démocratie"



Après avoir discuté démocratie « d’aujourd’hui », nous voilà en train de dessiner des scénarios de futurs souhaitables… on imagine la démocratie de demain. A quoi pourrait-elle ressembler ?
Voilà les idées que je retiens de notre discussion :


- La démocratie au soleil



Avant de se lancer dans un schéma structurel, François évoque un levé de soleil sur la mer. L’horizon(tal) vient remplacer le vertical. La fluidité d’une démocratie liquide est de mise. Un grand soleil levant représente la chaleur humaine, l’énergie collaborative et la lumière du visionnaire.


- Liberté, égalité, co-création !



La co-création, c’est à dire la participation citoyenne à l’élaboration des politiques publiques et à leur mise en œuvre devient un droit essentiel au bon fonctionnement de la démocratie …et même peut-être un devoir à accomplir, au point qu’il se rajoute à notre devise nationale.


- Un nouveau rôle pour les élus



L’élu n’est plus là pour centraliser les doléances des citoyens. Son rôle se répartit en 3 actions principales :

  • Observer la société, les citoyens et l’environnement. Le ressentir et le vivre, au plus près du terrain.
  • Apporter une vision, tracer un chemin et montrer la voix, par l’exemple.
  • Animer les dynamiques du territoire. Ne pas se substituer aux énergies locales mais tout faire pour les réveiller, les outiller et atteindre des résultats avec elles, de manière collaborative.


- Fédération de régions



A une échelle mondiale, le plus efficace serait d’avoir une fédération de grosses régions qui s’auto-organisent et produisent localement un maximum de leurs biens et services.
À quelle échelle ? Un Lander Allemand ou une région française, par exemple.


- Passer par les femmes



Sans tomber dans des généralités, les femmes seraient souvent plus courageuses que leurs homologues masculins …et souvent moins « TPMG » (Tout Pour Ma Gueule !).
Plus de femmes au pouvoir, ce serait donc la garantie de politiques courageuses et tournées vers l’intérêt général.





Droit de suite

Pour chaque rencontre, je retransmets ma vision, forcément partielle, des discussions échangées le temps d’une soirée. Il me semble intéressant de proposer un « droit de suite » à tous les candidats et maires que je rencontre.
François de Landes, la parole est à vous si vous souhaitez rajouter quelque-chose…


Christophe Najdovski, candidat EELV à Paris

Je rencontre Christophe Najdovski à Paris, dans un café typique de la capitale …ou Christophe est maire adjoint (en charge de la petite enfance) et candidat Europe Ecologie Les Verts pour les élections municipales de mars prochain.




Que pensez-vous de la démocratie ?




Selon vous, qu’est-ce qu’internet peut apporter à la démocratie ?





"Dessine-moi une démocratie"




A-t-on besoin d’un parlement ? D’instances nationales fortes ? Des départements où des régions ?
Très vite la discussion tourne autour de l’échelle des décisions et des actions.
Est-ce que le plus efficace ne serait pas d’avoir une multitude de communautés locales (villes ? communautés de communes ? régions ?) qui s’auto-organisent en interne mais aussi entre elles.

L’idée est de faire redescendre un maximum de pouvoirs à l’échelle locale et donc de mieux redistribuer les richesses.
Des « CGLU » (Cités et Gouvernements Locaux Unis) existent déjà sous forme de partenariats et d’engagements réciproques entre différentes villes du monde …et sont souvent beaucoup plus efficaces et concrets que tous les G8, G20 et autres conférences globales (sur l’environnement et le climat, par exemple).

Ce qui est certain c’est qu’on n’est pas ici uniquement sur des questions de valeurs mais aussi sur une question d’efficacité : la coopération peut nous faire gagner beaucoup plus que la seule compétition !



Droit de suite

Pour chaque rencontre, je retransmets ma vision, forcément partielle, des discussions échangées le temps d’une soirée. Il me semble intéressant de proposer un « droit de suite » à tous les candidats et maires que je rencontre.
Christophe Najdovski, la parole est à vous si vous souhaitez rajouter quelque-chose…