Forum mondial de la démocratie

Du 27 au 29 novembre 2013 se tenait le forum mondial de la démocratie à Strasbourg,


Organisé par le Conseil de l’Europe, cet événement réunit des centaines de participants et des dizaines d’intervenants des quatre coins de la planète autour de cette question essentielle de la démocratie ...avec plus particulièrement cette année la question du numérique et donc de la e-démocratie.

Je ne pouvais pas ne pas faire passer mon tour de France par le forum mondial de la démocratie et c’est à double titre que je suis intervenu :

- Tout d’abord, dans la programmation officielle, en accompagnement de Cyril Lage, avec qui j’ai conçu et lancé Parlement & Citoyens, plateforme de co-construction de propositions de lois. On y a aussi retrouvé Pascal Derville notre ami de Questionnez Vos Élus.



- Je suis aussi intervenu dans le OFF du forum, à l’invitation du monde pour un « Mond’café », format participatif avec les lecteurs du journal, pour témoigner de l’expérience de mon tour de France autant que pour brosser un portrait de notre démocratie aujourd’hui et de ce qu’elle pourrait devenir demain, notamment grâce à internet.



Voici le papier publié dans Le Monde à cette occasion et dans lequel je décris ma vision de ce que le numérique peut changer à la démocratie :

Être citoyen connecté, c'est d'abord être citoyen tout court, c'est-à-dire participer à la vie de la cité, à sa gestion et à son organisation. Être citoyen, c'est aussi faire des choix de société au quotidien, savoir s'informerdébattre et agir dans le sens de l'intérêt général. 
Grâce à Internet et aux outils numériques, le monde politique et l'administration peuvent s'organiser plus efficacement et faire participer un nombre croissant de citoyens à leurs actions. Ces outils nous affranchissent des contraintes du temps et de l'espace : plus besoin de se déplacer pour assister à une réunion publique, la participation peut se faire en ligne, à tout moment. De plus en plus de plates-formes Web proposent d'associer les citoyens à la conception ou à la mise en oeuvre des politiques publiques. 

LE POUVOIR D'AGIR 
La campagne pour les élections municipales de mars 2014 en offre un parfait exemple : les Français peuvent s'impliquer dans l'élaboration des programmes de certains de leurs candidats (sur Candidat & citoyens), les interroger (sur Questionnez vos candidats) et comparer leurs programmes politiques (sur Voxe.org). De plus en plus de plates-formes participatives permettent à des citoyens autrefois passifs de devenir de véritables e-citoyens engagés.
Notre démocratie représentative, traditionnellement pyramidale, mute peu à peu vers une démocratie ouverte, plus transparente et participative. Internet fluidifie les relations entre le e-citoyen et ses représentants élus.
Les bouleversements qu'apportent nos smartphones, tablettes et autres objets connectés vont plus loin : ils changent la manière que nous avons de nousinformer, de nous former et de communiquer. De plus en plus, ils changeront aussi notre façon de décider ensemble, de produire des biens communs et donc faire société. 

UNE AUTRE DÉMOCRATIE 
Connectés, nous gagnons en pouvoir d'agir : nous pouvons désormais nous organiser, entre pairs, pour entreprendre et lancer de nouvelles initiatives,expérimenter des alternatives et donner du sens à nos existences. La forme ultime de ce modèle collaboratif, c'est une société de e-citoyens autonomes qui utilisent Internet pour se mettre en relation, échanger et s'auto-organiser, sans avoir besoin de représentants élus ou d'Etat-nation planificateur.
L'ensemble du système représentatif en est profondément remis en cause : à quoi bon déléguer à 577 députés le pouvoir exclusif de débattre et de voter les lois si nous sommes techniquement et cognitivement capables de le faire nous-même ?
Ce sont les questions que nous posent les partis pirates, les anonymous, les « révolutionnaires de jasmin » ou « d'érable », les « bonnets rouges » et tous les « indignés » qui, de plus en plus nombreux, réclament une autre démocratie. 

Armel Le Coz

Aucun commentaire: